socialistes

Le 6 mai 2012. La victoire de DSK ?

DSK, aidé par ses amis trotskistes, a été le penseur et le rédacteur des 101 propositions de Mitterrand en 1981.

Son but, qu’il a avoué par la suite, était de stabiliser l’électorat autour d’un PS qui avait été noyauté par 400 trotskistes « achetés » par Mitterrand.

Hollande ou le mollusque sur un pédalo

Qui peut mieux décrire Hollande que ses « amis » socialistes ? Les surnoms dont il a été affublé en disent long sur sa perception au sein de sa propre famille politique.

Au-delà de ces quolibets attribués à des personnalités, il y a tous ceux venant des anonymes du parti socialiste : Salsifis à Lunettes, Culbuto, Frère Benêt, Chamallow, Mou du Gland,… Vous l’aurez remarqué, tous les surnoms de Hollande tournent autour du même thème : son manque de colonne vertébrale et de détermination, son penchant pour la synthèse au détriment de l’action.

Comment le poison socialiste a anesthésié la France

En prenant le pouvoir en 1981, les socialistes français ont durablement abimé l’un des ressorts les plus précieux de notre pays : le goût pour l’effort et le sens du devoir. Deux lois ont suffi pour faire dérailler le pays : les 35 heures et la retraite à 60 ans. L’effet dévastateur de ces lois est largement sous-estimé. Les effets mécaniques ont été dans une large mesure corrigés par Sarkozy mais ces lois ont changé les valeurs d’une grande partie des français. Pour beaucoup de français, ce n’est plus le résultat de leur travail qui compte, mais le fait d’avoir effectué le nombre d’heures légal. Qu’importe que le but ne soit pas atteint, pourvu que le temps de présence soit respecté. Ce phénomène est dévastateur car il a cassé le dynamisme du pays et a rongé sa compétitivité. Sarkozy a voulu changer cet état d’esprit en prônant le travailler plus pour gagner plus mais il n’a fait qu’érafler la surface de la plaie car le mal est trop profond.

La prise du pouvoir par les socialo-fonctionnaires

Traditionnellement les fonctionnaires représentaient l’état et étaient solidaires de ses décisions. Ils étaient équitablement répartis entre droite et gauche. La gauche représentait avant tout le monde du travail et défendait ses droits.

Hollande ou la manipulation permanente

En 1982, Mitterrand, à la dérive dans l’opinion et auprès des socialistes eux-mêmes, cherchait une parade médiatique. Il confia alors au jeune Hollande la tâche de manipuler la presse – à la fois contre la droite et la gauche non soumise – afin de remonter dans les sondages.

Le programme socialiste de 2007 : droit dans le mur.

Les pseudo-socialistes critiquent Sarkozy sur ses résultats car il n’a pas pu tenir tous ses engagements du fait notamment de la crise économique considérable qui a secoué - et secoue encore - le monde et la France.

Une question se pose : qu’auraient fait les socialistes à sa place ? Plus angoissant, qu’aurait fait Ségolène ? Pour avoir une idée de la réponse, passons en revue les principales mesures du programme socialiste de 2007 et évaluons leur coût pour l’état.

Le destin brisé de DSK…ou les tribulations d'un queutard à NY

« Tout corps plongé dans un bocal de cornichons devient un cornichon » DSK, Juin 2007, après sa démission du Bureau National du PS.

Merci Sarkozy ça c'est de la politique !

La classe politique de gauche - voire du centre et d’une partie de la droite molle - a soutenu du bout des lèvres l’intervention en Libye, en alternant propos de soutien et rétractations. Sa (courageuse) logique était la suivante : si l’intervention échoue, c’est évidemment la faute à ce va-t-en guerre de Sarko ; si elle réussit, on pourra toujours sortir quelques manifestations de soutien. La neutralité a bon dos.

DSK ou la partie émergée de la Gauche Caviar

DSK était leur exemple, leur idéal, leur candidat, bientôt leur président.

On savait qu’il aimait les femmes et que lui et son épouse étaient riches mais tout cela restait abstrait (sauf pour celles qui le côtoyaient de trop très, bien sûr…).

Maintenant c’est devenu concret. On sait ce qu’aimer les femmes veut dire pour DSK et sa fortune devient tangible : un loyer mensuel à NY de 30x le smic, des frais d’avocats de plusieurs millions de dollars, une possible transaction au civil elle aussi de plusieurs millions de dollars. Et pour se défendre, il va devoir démolir une femme noire et pauvre qui travaille pour élever sa fille et qui n’a eu que le seul tort de le croiser : voilà le candidat que la gauche française s’apprêtait à plébisciter.

Nucléaire : Les pseudos-socialistes vont demander un moratoire

Le nucléaire civil et militaire a été développé en France avec un très fort support Américain et Anglais négocié par De Gaulle. Les savants nucléaires Français étaient, pour une bonne partie, ...

Syndiquer le contenu